28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 17:25
3003177915d6a95fc9f5ory1.jpgEn août 1966, Dalida rencontre un jeune auteur compositeur et interprète du nom de Luigi Tenco. Né en 1938, ce jeune Jim Morisson italien choque l'Italie avec ses chansons sombres et rebelles qui vont à l'encontre d'une société conservatrice, dont plusieurs doivent être censurées à la radio. Dalida et Luigi se plaisent mutuellement et tombent en amour, malgré leur style de vie bien différent. Un mariage était même annoncé pour avril 1967 mais leur relation est secrète et rien ne se saura.

Voilà qu'arrive le festival de San Remo 1967. En octobre 1966, Dalida accepte d'appuyer Luigi Tenco et une de ses chansons qu'elle admire, Ciao amore, ciao lors de ce festival. En janvier 1967, ils la chanteront tous les deux (lui en italien et elle en français) l'un après l'autre. Le single sort juste avant l'événement, en début d'année, en quelques langues (français, italien, allemand) et est un succès un peu partout dans le monde dans les Top 10 comme en France, au Canada ou en Italie (#5 des charts).

 

Malheureusement, Luigi n'est pas très apprécié du publique et, même si Dalida a une ovation après sa prestation, la chanson ne sera pas choisie par les juges du concours de San Remo. Le jeune chanteur, totalement déçu et révolté contre la classe bourgeoise qui ose le juger, se tire une balle dans la tête, c'est Dalida qui le trouve. On découvre alors la liaison qui unissait fortement les deux chanteurs.

Quelques semaines plus tard, malgré que tout semble s'être classé, Dalida tente à son tour de se suicider dans un hôtel, pour retrouver son amour, mais on la sauvera et elle restera quelques jours dans le coma. À son retour, elle reçoit des milliers de lettres d'admirateurs à travers le monde qui lui dévouent un amour inqualifiable, mais en elle commencent les « années d'hiver » où elle remettra un peu tout en question, même sa carrière, jusqu'au début des années 70. Ciao amore, ciao deviendra une chanson culte en Italie, où le couple Dalida/Tenco se fera attribuer le nom de Roméo + Juliette.

Petite anecdote : quelques mois après la mort de Luigi, Dalida tombera amoureuse d'un jeune étudiant italien du nom de Lucio. Ce dernier, un artiste de vingt-deux ans, admirait les œuvres de Tenco et c'est ce qui rapprochera les deux amants, même si la famille de la chanteuse semble inquiète de les voir ensemble. Elle tombera enceinte du jeune homme, mais celui-ci ne le saura jamais : Dalida lui paye les cours dont il avait besoin et l'étudiant part, même s'il ne voulait pas la laisser, il fait ce qu'elle demande. La chanteuse ne lui dira jamais pour le bébé et se fera avorter. Elle regrettera plus tard ce geste, et l'avortement aura été si mal fait (l'avortement était encore une technique très mal maîtrisée) qu'elle ne pourra plus jamais avoir d'enfant, ce qu'elle regrettera toute sa vie. On dit qu'ils ne se reverront plus jamais, à part quelques lettres dans les mois suivants. Peu de temps après la mort de Dalida vingt ans plus tard, sa famille recevra les sympathies d'un certain Lucio...

 

VERSION FRANCAISE :

 

Nous sommes deux ombres
Et deux solitudes
Un grand amour sombre
Dans les habitudes
Et l'on ose à peine
Rompre le silence
Mieux vaudrait la haine
Que l'indifférence
Mais je veux vivre vivre
Je veux qu'on m'aime
Ciao amore, ciao amore, ciao amore, ciao
Ciao amore, ciao amore, ciao amore, ciao
Nous vivons dans du rose
Dans du gris monotone
J'ai besoin d'autre chose
Que d'un chat qui ronronne
Je veux voir le monde
Qu'il soit gai ou triste
Qu'il chante ou qu'il gronde
Pourvu qu'il existe
Je veux voir des villes
Qu'elles soient blanches ou rouges
Et des yeux qui brillent
Et des gens qui bougent
Moi je veux vivre vivre comme ceux qui s'aiment
Ciao amore, ciao amore, ciao amore, ciao
Ciao amore, ciao amore, ciao amore, ciao
Je te laisse tes livres
La cloche de l'église
La tiédeur de vivre
Dans cette maison grise
Ciao amore, ciao amore, ciao amore, ciao
Ciao amore, ciao amore, ciao amore, ciao
Ciao amore, ciao amore, ciao amore, ciao

---------------------------------------------------------------------------------------------
VERSION ITALIENNE (la plus connue) :

La solita strada, bianca come il sale
Il grano da crescere, i campi da arare
Guardare ogni giorno
Se piove o c'è il sole,
Per saper se domani
Si vive o si muore
E un bel giorno dire basta e andare via
Ciao amore,
Ciao amore, ciao amore ciao
Andare via lontano
A cercare un altro mondo
Dire adio al cortile,
Andarsene sognando.
E poi mille strade
Grigie come il fumo
In un mondo di luci
Sentirsi nessuno.
Saltare cent'anni
In un giorno solo
Dai carrri dei campi
Agli aeri nel cielo
E non capirci niente
E aver voglia di tornare da te
Ciao amore,
Ciao amore, ciao amore ciao
Non saper fare niente
In un mondo che sa tutto
E non avere un soldo
Memmemo per tornare.
Ciao amore,
Ciao amore, ciao amore ciao
Ciao amore,
Ciao amore, ciao amore ciao

----------------------------------------------------------------------

DOCUMENTAIRE RETRACANT CETTE PERIODE :

EXTRAIT DU FILM "DALIDA" : L'épisode tragique de San Remo 1967

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Histoire et anecdotes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Dalida, Eternelle...
  • Dalida, Eternelle...
  • : Le blog de référence consacré à la mythique DALIDA. Biographie en français et en anglais, pages thématiques, de nombreuses photos et vidéos... Toute l'histoire et l'actualité de son œuvre en un blog.
  • Contact