27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 16:04
avatar156
À l'occasion du 22ème anniversaire de la disparition de Dalida, le Fan Club organise une journée spéciale le samedi 2 mai 2009, à Paris.


Programme de la journée :

- Rendez-vous au cimetière de Montmartre pour fleurir Dalida à 11h30.
- La réunion aura lieu de 13h30 à 18h00 à La Mairie du 18ème arrondissement de Paris, située au
1, place Jules Joffrin 75018 Paris (station métro Jules Joffrin)

Autour d'une collation, Dalida sera évoquée et quelques documents inédits sur grand écran avec quelques surprises seront présentées...


Le prix d'entrée est de 15 € : pour toute réservation, rendez-vous sur le Site Officiel ( http://www.dalida.com/anniversaire.htm )

Pour terminer la journée, un dîner dansant (rythmé par Dalida) sera proposé à partir de 19h30 au restaurant :
« Paris Bohème » 181, rue Ordener 75018 PARIS - (station métro Jules Joffrin)

Attention ! Les places au restaurant sont limitées

Le repas est fixé au prix de 38 Euros par personne. Vin et apéritif compris.
Sur réservation uniquement.


Cette journée permettra aux admirateurs de se rencontrer et de partager ensemble leur passion pour Dalida.


Enfin, à l'approche du 3 mai, vous pouvez, si vous le désirez, participer à la floraison de la tombe de Dalida, par le biais du Site Officiel ( http://www.dalida.com/mai.htm ).

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Actualités
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 10:17
Dalida a toujours été à la pointe de la mode dans les années 1950, 1960, 1970 et 1980, aussi bien au niveau artistique qu'au niveau physique et vestimentaire. Inutile de rappeler que c'est elle qui crée la mode "khôl" sur les yeux des jeunes filles dans les années 50.

La question que beaucoup se posent est de savoir comment serait Dalida aujourd'hui, si elle débutait sa carrière en 2009... Voici une ébauche surprenante de réponse à cette question :


dalidafuture2.jpg


Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Photos
commenter cet article
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 20:26

3278895868960c89d016

Tout est dit dans cette très jolie image :
"Je t'aime et je t'aimerai toujours... Nous t'aimons et nous t'aimerons toujours, nous te serons toujours fidèles et nous nous battrons toujours pour toi..."
Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Autres...
commenter cet article
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 11:19
popi
En ces moments de grand mécontentement dans notre pays qu'est la France, le système capitaliste est beaucoup remis en question, notamment par les socialistes et l'extrême gauche. Dalida, elle, a souvent tourné ce système en dérision dans certaines de ses chansons, plus ou moins engagées, mettant ainsi son ironie en relief, tout en restant le plus naturel possible...

Notons que le rapport de Dalida face aux Etats-Unis, nation du capitalisme, évolue peu à peu dès le début des années 1970. On a déjà vu ce que représentait dans l'imaginaire de la jeune Yolanda l'Amérique: les films américains de sa jeunesse dans un cinéma du Caire, son premier rôle dans Un verre, une cigarette

Dalida préfère la chanson française à texte, et la "canzonetta" italienne (pourtant passée de mode depuis belle lurette). Cette évolution, artistique, identitaire, va beaucoup plus loin : la pensée de Dalida se structure aussi au niveau de la politique, de la philosophie...


7214129

Elle rencontre au début des années 70 le Premier secrétaire du Parti socialiste, François Mitterrand et déclare dans une interview : " Je ne suis pas communiste mais je suis socialiste. "
En critiquant l'Amérique (" Une riche Américaine... ", Gigi l'amoroso, 1974), Dalida est, à travers quelques chansons, dans une dénonciation réelle du capitalisme effréné, ou du moins de la société de consommation et de la " bonne " pensée bourgeoise :
(Sigarah wa kas, 1954) pour un cinéma égyptien en concurrence directe avec le cinéma hollywoodien... Dans les quatre années d'hiver qui suivent son retour à la vie, la Dalida " désarticulée " se reconstruit, cette reconstruction passant évidemment par une quête identitaire. C'est, avec sa passion pour la psychanalyse, la bataille entre l'inconscient et le conscient dalidéens. Dalida chasse le superficiel, elle veut du vrai. Pas question de faire l'Américaine pour faire l'Américaine.


JESUS KITSCH (1972)


" Jésus Kitsch, Jésus Kitsch, oh Jésus !
Tout est consommé
Jésus barbe et cheveux longs
Jésus lumière au néon
Il est né le dernier enfant de la consommation

Juda t'avait vendu pour trente pièces d'or
Te voilà revendu dans tous bons drugstores
Ta pub est au grand jour sur les murs de nos villes
Tu auras le Goncourt pour tes quatre évangiles "


NON CE N'EST PAS POUR MOI (1973)


" Les five clock, les soirées chocs
La musique pop et les sex shop
Non, ce n'est pas pour moi !

Les happenings et les meetings
Où l'on finit dans un sleeping
Non, ce n'est pas pour moi ! "


GIGI L'AMOROSO (1974)


" Tu pleures Gigi ?
Ça n'a pas été là-bas, hein ?
Et alors, et alors, qu'est-ce qu'ils comprennent
Ces Américains à part le rock et le twist, hein ?

Ma Gigi, qu'est-ce que tu croyais, devenir comme ça Gigi l'Americano !
E invece no, tu sei Giuseppe Frabrizio Luca Santini
Et tu es Napolitain ! "


Dalida triomphe sur la scène du Carnegie Hall de New York le 29 Février 1978, et refuse de nouveau un contrat qualifié "du siècle" avec les Etats-Unis, qu'elle avait déjà refusé en 1959. Un geste qui démontre bien un certain rejet des idées politiques américaines : " le profit avant tout ". Elle ne voulait pas qu'on lui dicte son apparence, elle ne souhaitait pas devenir une de ces pseudo-stars américaines, comme on en voit aujourd'hui...


En Mai 1981, le jour de l'élection du nouveau président François Mitterrand, Dalida marche vers le Panthéon : elle est la plus socialiste des stars américaines ! Elle prouve qu'elle reste fidèle à ses valeurs et à ses idées.


Quand Dalida chante "Money, Money" en 1980, ne tourne-t-elle pas le capitalime en dérision ?


" People will lie they will cheat
People dont care who they rob or beat
A woman will sell her precious body
That small piece of paper
Sure carries a lot of weight
For that mean, oh mean, mean greed
Yeaaaah ! "

 

Traduction :

 

"Il faut toujours que les gens mentent, que les gens trichent

Les gens se fichent de qui ils volent, qui ils battent

Les femmes vendent leurs corps précieux

Et ce petit morceau de papier (i.e. le billet)

A sans doute beaucoup d'importance

Puisque c'est, oui c'est de l'avidité."


C'est la même critique dans la chanson "Problemorama" de 1979 : "L'argent, l'argent, ça rend souvent méchant, ça les rend fous les gens, les gens..."

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Histoire et anecdotes
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 14:52
En 2000, Charles Aznavour écrit et compose une chanson en hommage à son amie Dalida, "De la Scène à la Seine", qu'il interprétera à l'Olympia devant une salle émue. Ce texte est touchant et résume bien la vie de celle qui fut appelée "La Callas de la Variété".

012sd0.jpg
De la scène à la Seine
Du néon au néant
Elle a couru, certaine
De noyer ses tourments
Et stopper la gangrène
Des outrages du temps
Avant que ne surviennent
L'âge et le poids des ans

Sortie de la misère
Courageuse, elle avait
Gravi comme un calvaire
Les marches du succès
De triomphe en victoire
Cœur léger ou cœur lourd
Elle avait à la gloire
Sacrifié ses amours


De la scène à la Seine
Elle a couru sans peur
Pour laisser, souveraine,
A ses admirateurs
L'image d'une reine
Le timbre d'une voix
Comme un chant de sirène
Pour qu'on ne l'oublie pas


Elle traînait, livide,
De miroir en miroir
En découvrant ses rides
Camouflées sous les fards
Sa vie lui semblait vide
Sous son air triomphal
Car la gloire est perfide
La gloire fait mal


De la scène à la Seine
Elle a fait sa sortie
Emportant ses migraines
Et ses traits de génie
Telle une tragédienne
Drapée dans sa folie
Elle a franchi sans peine
Les portes de la nuit


De rengaine en rengaine
Elle avait négligé,
Autant qu'on s'en souvienne,
Amour et vie privée
Mais à l'âge, incertaine,
Où l'on compte les ans
Les choses semblent vaines
Sans homme et sans enfant


En lettres de lumière
Son destin s'est écrit
Demain, la presse entière
Retouchera sa vie
Trois colonnes à la une
Dix pages à l'intérieur
La mort est opportune
En noir et en couleurs


On la dira plus grande
Et belle dans sa mort
Bâtissant sa légende
On écrira encore
Elle a marché, sereine,
Suivant sa destinée
De la scène à la Seine
Pour la postérité
De la scène à la Seine
Pour la postérité

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Autres...
commenter cet article
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 09:05
86795304pk4.jpg
Dans l'album "Coup de chapeau au passé" (1976), évoqué plus bas (voir l'article sur la chanson "J'attendrai"), Dalida choisit également d'enregistrer une version de cette superbe chanson de Charles Trenet "Que reste-t-il de nos amours ?". Elle ne s'est pas trompée et nous a livré une interprétation magistrale emprunte d'une grande émotion tant les paroles lui collent si bien à la peau ; peut-être l'une de ses plus belles interprétations...

 


EN DUO AVEC CHARLES TRENET :
 

Que reste-t-il de nos amours ?
Que reste-t-il de ces beaux jours ?
Une photo, vieille photo
De ma jeunesse
Que reste-t-il des billets doux
Des mois d'avril, des rendez-vous ?
Un souvenir qui me poursuit, sans cesse

Bonheurs fanés, cheveux au vent
Baisers volés, rêves émouvants
Que reste-t-il de tout cela ?
Dites-le-moi

Un petit village, un vieux clocher
Un paysage, si bien caché
Et dans un nuage, le cher visage
De mon passé

Ce soir
Le vent qui frappe à ma porte
Me parle d'amour morte
Devant le feu qui s'éteint
Ce soir
C'est une chanson d'automne
Dans la maison qui frissonne
Et je pense aux jours lointains

Que reste-t-il de nos amours ?
Que reste-t-il de ces beaux jours ?
Une photo, vieille photo
De ma jeunesse
Que reste-t-il des billets doux
Des mois d'avril, des rendez-vous ?
Un souvenir qui me poursuit, sans cesse

Bonheurs fanés, cheveux au vent
Baisers volés, rêves émouvants
Que reste-t-il de tout cela ?
Dites-le-moi

Un petit village, un vieux clocher
Un paysage, si bien caché
Et dans un nuage, le cher visage
De mon passé.

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 14:35
   Dalida et Johnny Hallyday se lieront au début de leur carrière d'une amitié sincère et durable. Rappelons-le, Johnny choisira un titre de Dalida pour commencer sa carrière, « T'aimer follement », malgré la désapprobation de Lucien Morisse. Dalida ne le percevra pas de la même façon ; en effet, elle va aider son ami Johnny, et le propulser sur la scène avec « T'aimer follement ». Johnny Hallyday doit donc une grande partie de son succès actuel à Dalida.
   En 1962, c'est ensemble qu'ils donneront aux Français une leçon de twist avec leur chanson yéyé « La Leçon de Twist ».
  En 1964, Johnny Hallyday alors militaire en permission pour le week-end, vient soutenir son amie à l'Olympia.
   En 1969, il propose à Dalida d'être l'invitée de son « Show Smet » et d'interpréter ensemble un duo assez peu commun, « Rock and roll tango ». Pendant les années qui suivront, Johnny restera toujours très près de Dalida, ils partageront de nombreux galas et de nombreux dîners entre amis.
  À sa disparition, Johnny Hallyday évoquera son amie à la télévision et viendra lui rendre hommage en 1995 dans une célèbre discothèque parisienne lors d'une soirée Dalida. Voilà ce qu'il dira d'elle : « C'était une très belle femme, toujours d'actualité, elle n'a jamais été démodée, je l'admirais beaucoup... »



DALIDA ET JOHNNY CHANTENT "ROCK AND ROLL TANGO" EN 1969 :


Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Histoire et anecdotes
commenter cet article
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 17:42

Cette vidéo est tellement drôle que je n'ai pas pu résister à la publier sur ce blog ! Bon visionnage ! Deux PILIERS de la chanson française...
Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Vidéos
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 14:24

39011809312yj4

Ayons tous une petite pensée pour Dalida en ce 17 Janvier. Elle aurait fêté son soixante-seizième anniversaire...
Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Autres...
commenter cet article
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 16:35
Dans ce reportage de 1977, précédé d'une parodie de "Bambino" avec Enrico Macias, on retrouve une Dalida tout à fait naturelle, chez elle, au quotidien...

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Vidéos
commenter cet article

Présentation

  • : Dalida, Eternelle...
  • Dalida, Eternelle...
  • : Le blog de référence consacré à la mythique DALIDA. Biographie en français et en anglais, pages thématiques, de nombreuses photos et vidéos... Toute l'histoire et l'actualité de son œuvre en un blog.
  • Contact