22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 16:08

En 1967, après le drame de San Remo et sa première tentative de suicide, Dalida décide de faire évoluer son répertoire et enregistre l'un des plus beaux textes de la chanson française, signé par Gilbert Bécaud (qui, dix ans plus tard, lui écrira "Amoureuse De La Vie") : "Je Reviens Te Chercher". Dès sa sortie, cette version est un succès et touche le coeur du public. C'est, comme à son habitude, d'une voix grave, sincère et touchante que Dalida l'interprète à plusieurs reprises, notamment à la télévision et à l'Olympia, en octobre 1967 (diffusé en direct sur Europe 1), en souvenir de Luigi Tenco, l'amoureux perdu...


Je reviens te chercher
Je savais que tu m'attendais
Je savais que l'on ne pourrait
Se passer l'un de l'autre longtemps

Je reviens te chercher
Je n'ai pas tellement changé
Et je vois que de ton côté
Tu as bien traversé le temps

Tous les deux, on s'est fait la guerre
Tous les deux, on s'est pillé, ruiné, volé
Qui a gagné, qui a perdu
On n'en sait rien, on ne sait plus
On se retrouve les mains nues

Mais après la guerre, 
Il nous reste à faire
La paix

Je reviens te chercher
Tremblante comme une jeune mariée
Mais plus riche qu'aux jours passés
De tendresse, et de larmes et de temps

Je reviens te chercher
J'ai l'air bête sur ce palier
Aide-moi et viens m'embrasser
Un taxi est en bas qui attend...

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 20:34
Avec sa version de « J'attendrai » (le standard des années 30 de Rina Ketty , réorchestré sur un tempo rapide par Tony Rallo et enregistré sous la direction d'Orlando), Dalida devient, dès le début 1976, la première vedette française à se lancer dans le registre disco, ainsi qu'une des toutes premières dans le monde de la musique, au niveau international. Le disque bat les records de ventes lors de sa sortie et occupe, pendant plus d'un mois, la première place du hit-parade national. Ce tube ouvre également la voie à l'album original « Coup de chapeau au passé », composé de classiques d'avant ou d'après-guerre, tels que « Tico-Tico », « Besame Mucho », « Le Petit Bonheur », et même la prestigieuse « Vie en Rose » d'Edith Piaf...

La chanson a d'ailleurs été enregistrée en plusieurs langues (4 langues : français, italien, allemand et espagnol). Ci-dessous, voici un montage composé de plusieurs émissions télévisées où Dalida interprète "J'attendrai" :




J'attendrai
Le jour et la nuit, j'attendrai toujours
Ton retour

J'attendrai
Car l'oiseau qui s'enfuit vient chercher l'oubli
Dans son nid

Le temps passe et court
En battant tristement
Dans mon coeur si lourd
Et pourtant, j'attendrai
Ton retour

J'attendrai
Le jour et la nuit, j'attendrai toujours
Ton retour

J'attendrai
Car l'oiseau qui s'enfuit vient chercher l'oubli
Dans son nid

Le temps passe et court
En battant tristement
Dans mon coeur si lourd
Et pourtant, j'attendrai
Ton retour

Le vent m'apporte
Des bruits lointains
Que dans ma porte
J'écoute en vain
Hélas, plus rien
Plus rien ne vient

J'attendrai
Le jour et la nuit, j'attendrai toujours
Ton retour

J'attendrai
Car l'oiseau qui s'enfuit vient chercher l'oubli
Dans son nid

Le temps passe et court
En battant tristement
Dans mon coeur si lourd
Et pourtant, j'attendrai
Ton retour

Et pourtant, j'attendrai
Ton retour

- Musique -

Le temps passe et court
En battant tristement
Dans mon coeur si lourd
Et pourtant, j'attendrai
Ton retour
Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 18:20
En 1977, Gilbert Bécaud écrit et compose pour Dalida une chanson aux paroles évoquant sa première tentative de suicide, dix ans plus tôt. Dans les années 70, le bonheur et la gloire semblent sourir à l'artiste, qui n'hésite pas à les clamer au travers de ce texte autobiographique. Une chanson simple, sans fioriture, que Dalida interprète avec toujours autant d'émotion et de sincérité.

 


Je ne me souviens plus du tout des circonstances
Mais vous m'avez dit :
"Tu as eu de la chance, de la chance..."
La Mort a marché si près de moi
Que j'ai même fait un petit pas
Vers l'autre bord...

J'ai ouvert les yeux : "tiens, la vie recommence..."
J'ai eu dans les yeux d'un coup le ciel immense
De la chance...
Je ne sais pas comment l'expliquer
Mais je me sens miraculée
Et aujourd'hui...

Je suis amoureuse de la vie
Et c'est bon d'embrasser la vie
Chaque minute de ma vie
Je fais l'amour avec la vie
Puisque rien de rien dans la vie
N'est plus important que la vie
Que la vie

Et quand je mets une nouvelle robe
Je mets vraiment une nouvelle robe
Et quand je croque une pomme
Je croque vraiment une pomme
Puisqu'aujourd'hui...

Je suis amoureuse de la vie
Et c'est bon d'embrasser la vie
Chaque minute de ma vie
Je fais l'amour avec la vie
Moi qui sombrait vers l'infini
Je suis là et c'est, Dieu merci,
Pour t'aimer et danser
Toute la vie.

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 14:32
En 1962, Gilbert Bécaud, l'un des noms les plus prestigieux de la Chanson Française, écrit et compose ce qui deviendra l'une des oeuvres incontournables du répertoire musical francophone. Bouleversée par cette chanson intense en émotions, Dalida décide d'en créer une version italienne, avec l'accord de Bécaud, qui l'admire depuis ses débuts pour ses qualités d'interprète, et qui lui avait déjà créé "Le Jour Où La Pluie Viendra" en 1957, qu'elle avait exporté en Allemagne sous le titre de "Am Tag, als der Regen kam". Toujours fidèle à elle-même, Dalida nous livre une version poignante qui ne fait qu'intensifier l'aspect dramatique des paroles et de la musique au fil de la chanson...

Senza di te

  Che posso fare

Di tutto il tempo

Che mi resterà ?

Di tanta gente

Indifferente

Che ne faro,

Tu non ci sei più ?

 

Di tante notti

Perché, per chi ?

E del mattino

Che ancor' tornerà

Di questo cuore

Che troppo forte

Batte per chi ?

Perché ?

 

Senza di te

Che posso fare ?

Nel vuoto che

Mi ciconderà

Mi resterà

La terra e il mare

Ma senza te

Ben poco sarà

 

Amici no

Lasciate star'

Sapete pure

Che cos'é il mio mal

E la città

Con la sua folla

Non è che noia

Per me

 

Senza di te

Che posso fare ?

Urlare per

Esser' viva ancor'

Le notti intere

Voglio bruciare

E al mattino

Ridero di me

 

Poi una notte

Mi specchiero

E scorgero

La fine per me

Non un fiore

Nessun' dolore

Quando me

Ne andro

 

Anche il dolor'

Sarà finito

Tutto finito

Sarà.

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 20:50

La chanson "Come Prima", enregistrée par Dalida en 1958, devient un succès international dès le premier mois et permet à Dalida de se faire connaître aux Etats-Unis, où on lui donnera le surnom de "The Glamorous Dalida". Norman Granz, célèbre producteur américain de grands noms du Jazz tels qu'Ella Fitzgerald ou Louis Armstrong lui propose un "contrat du siècle" à Hollywood, mais elle le refuse : en effet, elle ne veut pas que sa musique devienne une vulgaire marchandise, au contraire, elle souhaite que ses chansons soient le produit de sa sincérité et de son talent.

Cette chanson franco-italienne reste aujourd'hui majeure dans le répertoire de Dalida, et a beaucoup été reprise à travers le monde depuis sa création.

 

Come prima
Tu me donnes tant de joie
Que personne ne m'en donne
Comme toi
C'est ta bouche qui m'apporte ma joie de vivre
Et ma chance, c'est de vivre rien que pour toi
Que m'importe si tu m'aimes moins que moi
Moi je t'aime comme on aime qu'une fois
Et je reste prisonnière
Prisonnière de tes bras

Come prima
Tu me donnes tant de joie

La notte
Come allora magica scende
La luna splende
E tu sei qui
Mi sembra di
Mi sento un po' confusa
Non so capire
Et ti so dire
Solo così

Come prima
Più di prima
T'amerò
Per la vita, la mia vita ti darò
Sembra un sogno rivederti acarrezzarti
Le tue mani fra le mie mani
Stringere ancor'

Come prima
Tu me donnes chaque jour
Come prima
Tu me donnes tant d'amour
Que j'espère te le rendre
Tant heureuse dans tes bras
Come prima

Tu me donnes
Come prima
Tant de joie
Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 09:32
En 1974, alors que les émissions de variété des Carpentiers sont en plein essor à la télévision française, un des nombreux « Numéro Un Dalida » est tourné et montre pour la première fois aux téléspectateurs son talent de meneuse de revue. En effet, une chanson inédite est enregistrée exclusivement pour l’émission : il s’agit de « C’est Vrai », une ritournelle populaire dans laquelle Dalida dévoile sa personnalité et se défend de certains propos que lui adressent les médias et ses détracteurs « depuis bientôt vingt ans », le tout sur un ton humoristique en faisant référence à la chanteuse et danseuse des années 1920 Mistinguett. Dalida y apparaît avec sa classe de toujours, les cheveux ondulés, vêtue d’une robe noire étincelante et de gants de velours créés pour l’occasion ; elle est entourée de danseurs et danseuses en tenue de soirée.

1974 : PREMIERE VERSION


" (...) Je ne manque pas d'air

N'en déplaise à ceux qui m'enterrent

Depuis bientôt vingt ans

On peut bien dire ce qu'on voudra

Je ne serais pas Dalida

Si j'étais pas comme ça

 

On dit quand mes soucis s'envolent :

'C'est Freud qui la console'

C'est vrai, c'est vrai,

On dit que j'ai des goûts mystiques

Des choix philosophiques

C'est vrai, c'est vrai

 

J'aime les ritournelles intellectuelles

"Paroles Paroles" et "Bambino" aussi

On peut bien dire ce qu'on voudra

Je ne serais pas Dalida

Si j'étais pas comme ça (...) "


Cinq ans plus tard, alors que le disco est à son apogée, Dalida décide de contrecarrer cette mode et enregistre cette fois-ci une version définitive de la chanson sur un tempo plus rapide ; elle choisit également de changer quelques paroles, ainsi que le titre, qui devient "Comme disait Mistinguett"… La chanson se place très rapidement numéro un au hit-parade pendant plusieurs semaines : Dalida en fait un de ses plus grands succès et parvient une nouvelle fois à imposer son style. Michel Fresnay, le couturier français fétiche des plus grandes stars françaises et internationales, lui conçoit une tenue totalement inédite qu’elle portera à chaque fois qu’elle interprétera la chanson sur scène : il s’agit d’une longue cape de plumes roses brodée de strass recouvrant un body noir dévoilant sa parfaite silhouette et ses jambes de rêve, sans oublier le petit nœud papillon fétiche à la Marlène Dietrich. Cette tenue a été exposée pour la première fois en 2007, lors de l’exposition « Dalida, Une Vie », à Paris.

 

 

1979 : VERSION DEFINITIVE



C'est vrai que j'ai l'accent qui roule, des chansons qui roucoulent

C'est vrai, c'est vrai

C'est vrai que je suis Italienne, de naissance égyptienne

C'est vrai, c'est vrai

Mais je préfère Joséphine à Cléopâtre

Ménilmontant aux caves du Vatican

 

Comme le disait la Mistinguett

Je suis comme le Bon Dieu m'a faite

Et c'est très bien comme ça !

 

On dit que c'est mon frère qui chante quand je suis en vacances

Pas vrai ! Pas vrai !

On dit que pour de petits riens je bats mes musiciens

C'est vrai, c'est vrai

C'est vrai que j'aime bien les beaux garçons

Mais dans le fond je préfère les chansons

 

Comme le disait la Mistinguett

Je suis comme le Bon Dieu m'a faite

Et c'est très bien comme ça !

 

Moi tout ce que je veux c'est que l'on m'aime un peu

Et je l'avoue je suis comblée

Depuis que je suis née, depuis que j'ai chanté

J'ai des amoureux par milliers

 

On dit de moi que certains soirs, je joue Sarah Bernhardt

C'est vrai, c'est vrai

On dit que mon meilleur copain c'est Teilhard de Chardin

C'est vrai, c'est vrai

Moi j'aime les ritournelles intellectuelles

"Paroles, paroles" et le disco aussi

 

Comme le disait la Mistinguett

Je suis comme le Bon Dieu m'a faite

Et c'est très bien comme ça !

 

On dit depuis bientôt plus de vingt ans

Que je ne passerai pas le printemps

On peut bien dire ce qu'on voudra

Je ne serais pas Dalida si j'n'étais pas comme ça

On dit que tu as l'accent qui roule des chansons qui roucoulent

C'est vrai, c'est vrai

C'est vrai que tu es Italienne de naissance égyptienne

C'est vrai, c'est vrai

On dit que c'est ton frère qui chante quand tu es en vacances

Pas vrai ! Pas vrai !

 

On peut bien dire ce qu'on voudra

Je ne serais pas Dalida si j'n'étais pas comme ça

 

On peut bien dire ce qu'on voudra

Je ne serais pas Dalida si j'n'étais pas comme ça !

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 16:23
En 1958, Domenico Modugno, symbole de la chanson italienne des années 1950, triomphe au festival de San Remo avec sa fameuse mélodie "Volare", reprise à la fin des années 1980 par le groupe des Gipsy Kings. Dalida, quant à elle, décide d'enregistrer une version française, "Je vole" ou "Dans le bleu du ciel bleu", caractérisée par un tempo plus lent et une musique moins jazzy et plus classique, qui deviendra un de ses plus grands succès des fifties.


Quel rêve étrange je fais chaque nuit mon chéri

Par la fenêtre le ciel vient flâner sur mon lit

Puis il m'habille de bleu des pieds jusqu'à la tête

Et je me mets à voler tout comme une alouette

 

Je vole, oh oh

Je chante oh oh oh oh

Pareil au bleu du ciel bleu

Je trouve cela merveilleux

Et je vole, je vole, je vole

Plus loin que la mer à deux pas du soleil

Je découvre là-haut dans les airs un bonheur sans pareil

Et du ciel une douce musique me chante à l'oreille

Je vole, oh oh

Je chante, oh oh oh oh

Pareil au bleu du ciel bleu

Je rêve mon cœur est heureux

 

Mais quand la lune se perd au bleu de l'horizon

Les plus jolis de nos rêves avec elle s'en vont

Pourtant le mien continue quand le jour se dévoile

Et dans le bleu de tes yeux qui scintillent d'étoiles

 

Je vole, oh oh

Je chante, oh oh oh oh

Pareille au bleu de tes yeux

Je rêve mon cœur est heureux

Et rien n'est plus merveilleux

Que d'être noyé dans tes yeux

Si bleus...

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 08:54
Dalida profite de la mer avec son compagnon Richard Chamfray en 1977.

Pour fêter l'arrivée de l'été, voici une petite ballade du début des années 1960 à laquelle seule Dalida, par sa voix chaude et son accent méditerranéen,  savait donner du charme et de la chaleur. Il s'agit de la version française de la chanson de Cliff Richard, "Summer Holiday", sortie la même année.



Nous allons nous revoir quand viendra l'été
Nous revoir chaque soir pour danser
Depuis notre enfance quand revient l'été
Nous avons toujours la chance
De nous retrouver

Dans un coin tout près d'une plage
Le soleil paraît briller pour nous
Brûlant nos cœurs au passage
Mais nous rions de tout


Délaissant nos ennuis quand revient l'été
Le ciel gris et la pluie pour rêver
Car chacun d'entre nous quand revient l'été
Voudrait oublier c'est tout
Ne pensons qu'à flirter


{Instrumental}


Et dans ce coin près d'une plage
Souvent l'amour nous prend par la main
Moi j'ai pris ta main bien sage
Sans penser à demain


Nous allons nous revoir quand viendra l'été
Toi et moi chaque soir pour s'aimer
Depuis notre enfance quand revient l'été
Nous deux nous avons la chance
De nous retrouver
Quand revient l'été

De nous retrouver


 

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 09:44
Une chanson magnifique dédiée à toutes les mères du monde en ce jour qui leur est consacré... Bonne fête !


Quoi de plus doux de plus tendre
Que le cœur d'une maman
Qui donc sait mieux nous comprendre
Et calmer tous nos tourments ?

Maman,
C'est pour toi seule que ce soir je chante
Maman,
Toi dont la grâce et la douceur m'enchantent
Que m'importe si l'âge a creusé ton cher visage
Et si je vois tomber peu à peu la neige sur tes cheveux
Maman tu gardes toujours ton sourire charmant
Et tout comme autrefois mon seul bonheur c'est de te dire
Maman...


Dès que j'ouvrais les paupières
Dans tes bras tu me pressais
Et parfois des nuits entières
En chantant tu me berçais...


Maman,
C'est pour toi seule que ce soir je chante
Maman,
Toi dont la grâce et la douceur m'enchantent
Que m'importe si l'âge a creusé ton cher visage
Et si je vois tomber peu à peu la neige sur tes cheveux
Maman,
Tu gardes toujours ton sourire charmant
Et tout comme autrefois mon seul bonheur c'est de te dire
Maman
Maman, Maman.

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 17:39
Voici un extrait d'une émission du début des années 1980, tournée au célèbre centre Georges Pompidou à Paris (aussi très connu sous le nom de "musée Beaubourg"). Le groupe Taxi Girl commence par interpréter "Cherchez le garçon" et Dalida enchaîne avec "Chanteur des années 80"... Une belle leçon musicale et morale pour les générations artistiques du futur : "laisse un peu d'amour..."


Toi qui joue et qui chante sur des rythmes fous
Des mots qui veulent refaire le monde
Et aller jusqu'au bout
Toi qui joue et qui gagne coup sur coup
Dans des salles en délire qui t'acclament debout
Tu n'connais qu'le soleil des rayons lasers
Qui brûlent un peu ta peau à chacun d'tes concerts
Et ta révolution un jour fera rêver
Ça sera ton testament pour ceux qui vont chanter
Après toi
C'est pour ça n'oublie pas

Laisse un peu d'amour
Un peu d'amour, d'amour
Laisse un peu d'amour


Chanteur des années 80, l'an 2000 est pour demain


Laisse un peu d'amour
Un peu d'amour, d'amour
Laisse un peu d'amour


Chanteur des années 80


Toi qui boucle ta valise pour t'en aller plus loin
En cadillac ou en stop sur les lignes de ta main
Tu t'arrêteras peut-être sur la route faire le plein
Tes illusions d'hier et tes rêves de demain
N'oublie pas d'dire merci comme ça de temps en temps
A ceux qui t'ont suivi et même à ceux qui souvent
Disaient que ta musique ça n'était que du vent
Aujourd'hui s'ils t'imitent c'est qu't'avait du talent
C'est pour ça, ne change pas, n'oublie pas


Laisse un peu d'amour
Un peu d'amour, d'amour
Laisse un peu d'amour


Chanteur des années 80, l'an 2000 est pour demain


Laisse un peu d'amour
Un peu d'amour, d'amour
Laisse un peu d'amour


Chanteur des années 80


(Instruments)


Laisse un peu d'amour
Un peu d'amour, d'amour
Laisse un peu d'amour


Chanteur des années 80


Laisse un peu d'amour

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article

Présentation

  • : Dalida, Eternelle...
  • Dalida, Eternelle...
  • : Le blog de référence consacré à la mythique DALIDA. Biographie en français et en anglais, pages thématiques, de nombreuses photos et vidéos... Toute l'histoire et l'actualité de son œuvre en un blog.
  • Contact