11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 15:20
Il n'y a guère d'anecdote particulière sur cette chanson entraînante, mis à part la dénonciation de la violence des corridas à travers les paroles. Peut-être cette chanson est-elle aussi un clin d'oeil à Manuel Benitez (dit "El Cordobès"), très célèbre torero espagnol, avec qui Dalida aurait eu une très brève liaison au milieu des années 1960 (et à qui elle dédia d'ailleurs une magnifique chanson éponyme).


Le dernier jour de la féria
Les places se vendent au marché noir sur la piazza
De Barcelone jusqu'à Seville
Ils sont là de tous les pays de toutes les villes
Et déjà sur les gradins la foule joue le destin du matador
Dans la chapelle de San-Ramon Pablo Miguel
Allume un cierge à la madone
Il lui demande protège-moi
Car cette fois c'est ma dernière corrida

Pour l'amour de Maria et les yeux de Maria
Il a juré que jamais plus il ne combattrait
Pour l'amour de Maria
Pour la main de Maria qui faisait le signe de croix
Il abandonne la gloire les bravos les victoires
Et tous ceux qui criaient
Olé... Olé... Olé... Olé
Oh oh oh ... La féria
Oh oh oh ... La féria


Le dernier jour de la féria
La vie se joue au marché noir sur la piazza
Le cœur tranquille le regard fier
Pablo Miguel s'avance tout droit vers la lumière
Et le public sur son passage
Ovationne le courage du matador
Soudain le silence est tombé
Quand dans l'arène c'est la minute de vérité

Superbe dans son habit d'or

C'est le triomphe sur la mort une fois encore


Pour l'amour de Maria et les yeux de Maria
Il a juré que jamais plus il ne combattrait
Pour l'amour de Maria
Pour la main de Maria qui faisait le signe de croix
Il abandonne la gloire les bravos les victoires
Et tous ceux qui criaient
Olé... Olé... Olé... Olé

Oh oh oh ... La féria
Oh oh oh ... La féria


{Instrumental}


Pour l'amour de Maria et les yeux de Maria
Il a juré que jamais plus il ne combattrait
Pour l'amour de Maria
Pour la main de Maria qui faisait le signe de croix
Il abandonne la gloire les bravos les victoires
Et tous ceux qui criaient
Olé... Olé... Olé... Olé

Pour l'amour de Maria
et les yeux de Maria
Pour l'amour de Maria
Qui faisait le signe de croix
Pour l'amour de Maria
Oh oh oh la féria.


 

 

 

DALIDA CHANTE "EL CORDOBES" EN 1966 :

 

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par Dalida Forever - dans Paroles - paroles...
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Dalida, Eternelle...
  • Dalida, Eternelle...
  • : Le blog de référence consacré à la mythique DALIDA. Biographie en français et en anglais, pages thématiques, de nombreuses photos et vidéos... Toute l'histoire et l'actualité de son œuvre en un blog.
  • Contact